0

Comment bien se placer lors d’une mise en jeu ?

Ça fait longtemps que je pensais à écrire un article sur le placement des joueurs avant une mise en jeu. C’est bête mais c’est quelque-chose qui n’est pas si inné que ça. Il m’est arrivé un paquet de fois de me dire “Oups, je ne sais plus où c’est qu’il faut que je me place…“, haha! 😅 Et comme j’imagine que je ne suis pas le seul, je me suis dit qu’un rapide article permettrait d’avoir une bonne base pour tous les étourdis qui sont comme moi 😉

Il faut savoir également que le placement lors d’un face-off n’est pas le même entre le hockey sur glace et le roller-hockey. C’est évidement dû à la différence du nombre de joueurs en jeu. Alors si vous pratiquez les deux sports, il peut vous arriver de vous emmêler les pinceaux. Cet article est donc là pour vous aider à y voir plus clair.

Joueurs-de-hockey-lors-dune-mise-en-jeu-Photo-de-Lynda-Sanchez-via-unsplash

Des placements variables

Avant de vous donner les différents placements des joueurs lors d’un engagement, je voulais préciser quelques petites choses.

Des propositions plutôt que des règles

La première est que les configurations présentées dans cet article sont essentiellement des propositions. En effet, chaque équipe a ses petites spécificités et il est possible que dans la votre, on préfère mettre tel joueur à tel endroit pour telles raisons. Le placement des joueurs lors d’une mise-en-jeu n’est pas une règle immuable, il est tout à fait possible de l’adapter en fonction des situations de jeu et des capacités de chaque joueurs. Au travers de cet article, je ne cherche donc pas à dire “C’est comme ça qu’il faut faire”, mais plutôt “C’est comme ça que vous pouvez faire”. 😉

Jeunes-joueurs-de-hockey-à-lengagement-Photo-par-LuckyLife11-via-Pixabay-
Une synthèse de plusieurs sources

La deuxième chose est que les placements que je vous propose ne sont pas tirés que de mon expérience. En vrai, je me suis plutôt dit : “Ok Dorian, dans ton équipe, on se place de telle manière, mais est-ce qu’il n’y a pas d’autres manières de faire ?”. J’ai donc regardé plusieurs matchs de haut niveau, noté le rôle de chaque joueur, analysé leurs positions lors des mise-en-jeu et en ai fait une synthèse. J’ai également pris le temps de regarder le chapitre sur les face-offs de “Hockey – Plays and Strategies”*, un excellent livre que vous devez maintenant connaître si vous lisez Technique-Hockey depuis quelques temps.

* Pour la France : cliquez ici. / Pour le Québec : cliquez ici.

Canada versus USA – Championnats du Monde 2019 de hockey sur glace

France versus R̩publique Tch̬que РChampionnats du Monde 2018 de roller hockey

Revel versus Mission Labeda Snipers – NARCh 2019

Un peu de stratégie

Enfin, la dernière chose est que les placements lors d’une mise-en-jeu dépendent de plusieurs choses. Bien évidement, votre équipe n’adoptera pas la même configuration si elle est en phase offensive ou défensive. Mais il faut également penser à ce qu’il va se passer après. Quelle est la suite si votre coéquipier remporte le face-off, s’il le perd ? Est-ce que chaque joueur sait bien quel est son rôle ? Bref, je vous donnerai quelques débuts de stratégie, mais il faut savoir qu’il y en a beaucoup et pour éviter que cet article ne soit trop long, on se concentrera surtout sur les placements.

Au hockey sur glace

Honneur au plus populaire des deux sports, vous trouverez ci-dessous les placements pour le hockey sur glace, avec donc 5 joueurs de champs.

Mise en jeu centrale

Le placement lors de la mise en jeu au centre de la glace est la plus intuitive de toutes. Le centre participe au face-off et les deux ailiers sont répartis de part et d’autre du cercle d’engagement. Enfin, les deux défenseurs sont généralement situés non loin de la ligne bleue.

Mise en jeu centrale - Hockey sur glace - Technique Hockey

Mis en jeu en zone offensive

La mise en jeu en zone offensive est très similaire à celle au rond central. Le défenseur côté faible (ici D2) peut éventuellement être placé au niveau du corridor central pour forcer le gardien ouvrir sa position.

Mise en jeu en zone offensive - Hockey sur glace - Technique Hockey

Mise en jeu en zone défensive

Un peu plus complexe car moins intuitive, la mise en jeu défensive doit pourtant être parfaitement maîtrisée. En effet, vous vous en doutez, une erreur de placement peut coûter très cher à l’équipe ! 😬

Ça a d’ailleurs été une excellente révision pour moi car je me suis rendu compte que je ne me plaçais pas correctement ! 😅

Mise en jeu en zone défensive 1 - Hockey sur glace - Technique Hockey
Les défenseurs

A la différence des deux autres mises-en-jeu, les défenseurs sont nettement plus engagés. Le plus proche de la bande (D1 bleu) est généralement placé à l’oreille du cercle, parfois légèrement en arrière. Il contre l’ailier (AD rouge) en cas perte et, dans de nombreuses stratégies, a la responsabilité de récupérer la rondelle si le centre remporte le face-off. Il pourra alors lancer une sortie de zone RIM, par exemple, ce qui permet de rapidement changer de côté et avoir le champs libre pour une nouvelle phase d’attaque.

L’autre défenseur (D2 bleu) est placé à l’autre oreille. En cas de perte, sa responsabilité est de couvrir tout tir dans son axe et de contrer l’ailier adverse (AG rouge). Si le face-off est remporté, il supporte le premier défenseur en se démarquant (pour une OVER par exemple). A noter qu’il peut être interchangé avec l’ailier (AG bleu) suivant la stratégie mise en place.

Mise en jeu en zone défensive 2 - Hockey sur glace - Technique Hockey
Pour les ailiers

Les deux ailiers sont placés dans le corridor central. Le premier (AG bleu) est au niveau de l’oreille du cercle d’engagement, à côté du défenseur (D2 bleu). En cas perte, il doit rapidement traverser le cercle pour venir marquer le défenseur adverse situé le plus proche de la bande (D1 rouge). En cas de gain, tout dépend de la stratégie définie : soit il part en direction de la bande la plus proche (stratégie utilisant le côté fort), soit en direction du centre de la glace (stratégie utilisant le côté faible, comme la RIM vue précédemment).

Le dernier ailier (AD bleu) est situé en plein centre. En cas de perte, il a la responsabilité de marquer le défenseur adverse le plus dangereux pour le gardien (celui le plus au centre de la glace, ici D2 rouge). En cas de gain, il doit se démarquer. Ainsi, dans le cas d’une stratégie utilisant le côté fort, il remonte la glace par le corridor central. Autrement, dans le cas où l’équipe cherche à utiliser le côté faible, il lui faut rejoindre la bande la plus éloignée.

Mise en jeu en zone défensive 1 + RIM - Hockey sur glace - Technique Hockey

Mise en jeu remportée suivi d’une sortie de zone RIM

Comme on l’a vu ensemble, c’est en situation défensive que le placement des joueurs est le moins intuitif. Il est donc important de le connaître et de régulièrement en discuter avec vos coéquipiers / votre coach pour élaborer au mieux vos stratégies.

Ah ! Mais, on a pas parlé du centre ! C’est finalement pour lui que c’est le plus facile, puisqu’il se place au centre du cercle de mise-en-jeu (au cas où ce n’était pas assez clair 😆), mais c’est surtout lui qui défini la stratégie. Et c’est bien souvent pour ça qu’on le voit faire le tour des joueurs avant un face-off.

Au roller hockey

Issu du hockey sur glace, on retrouve certaines similitudes dans les placements de mise-en-jeu. Mais le passage de 5 à 4 joueurs de champs a imposé certaines adaptations. On voit tout de suite de quoi il s’agit !

Joueurs-de-roller-hockey-lors-dune-mise-en-jeu-Photo-par-F.-de-Bernis

Mise en jeu centrale

L’engagement au rond central n’est plus aussi intuitif. L’absence de centre impose que ce soit un ailier qui participe au face-off. Et cela déséquilibre forcément un peu le placement. Ceci étant dit, les rôles d’attaquant et de défenseur au roller hockey ne sont pas aussi tranchés qu’au hockey sur glace. En effet, l’absence de lignes bleues (et donc de hors-jeu) favorise les attaques en diamant et les rôles sont souvent interchangeables.

Le placement généralement utilisé par les équipes est le suivant : un ailier et un défenseur se placent au niveau des oreilles. Le dernier défenseur (ici D2 bleu et rouge) est situé dans la partie basse du terrain.

Mise en jeu centrale - Roller hockey - Technique Hockey

Comme on peut le voir sur le schéma, il n’est pas nécessairement collé au cercle. Mais surtout, il est légèrement décalé par rapport à ligne médiane du terrain. En effet, il permet ainsi au gardien de voir la mise-en-jeu et limite le déséquilibre de défense sur un seul côté de la patinoire. Enfin, il est aussi plus à même de voir qui remporte l’engagement.

Mise en jeu en phase offensive

C’est le positionnement le plus intuitif au roller hockey. Le premier ailier est à la mise en jeu, le second au niveau de l’oreille la plus proche du filet adverse. Pour les défenseurs, ils sont positionnés plus en retrait. Le premier (D1 rouge) se situe non loin de la bande, proche du cercle pour récupérer une éventuelle passe en retrait de l’ailier qui engage. Le second (D2 rouge) se place plein axe. En général, c’est lui qui aura le plus de possibilité de tir si la mise en jeu est remportée.

Mise en jeu en zone offensive - Roller hockey - Technique Hockey

Mise en jeu en zone défensive

En situation de défense, le placement des joueurs est fortement inspiré de ce qui est fait en glace, à la différence qu’il n’y a plus deux joueurs aux même endroit. Un ailier assure le face-off, comme précédemment. Le défenseur le plus proche de la bande (D1 bleu) garde sa position en vue de récupérer la rondelle. Ainsi, il a la même responsabilité qu’au hockey sur glace.

Mise en jeu en zone défensive - Roller hockey - Technique Hockey

L’autre défenseur (D2 bleu) se place à l’oreille la plus proche du gardien. Son rôle est toujours de contrer l’ailier en face de lui, ou de se démarquer pour offrir une option au premier défenseur.

Enfin, le dernier ailier (AD bleu) est situé dans le corridor central. Lorsque la rondelle est lâchée par l’arbitre, il patine fort pour rejoindre le défenseur en face de lui (D2 rouge). Si la mise en jeu est perdue, il le marque pour éviter un tir plein axe. Si elle est remportée, il se dégage pour offrir une solution à son défenseur, en particulier dans le cas où l’équipe choisit d’utiliser le côté faible de la patinoire, via une OVER ou une RIM.

Joueurs-de-roller-hockey-lors-dun-face-off-Photo-par-Serge-Cuvillier

Entraînez-vous !

Les mises-en-jeu ne doivent pas être vue comme une simple relance du match. Que ce soit en zone centrale, en attaque ou en défense, chaque joueur a une responsabilité, que la rondelle soit récupérée ou non. Chacun doit savoir ce qu’il va faire une fois la rondelle en jeu, et doit aussi savoir ce que ses coéquipiers vont faire.

C’est d’ailleurs sur ce point que je vois le plus de potentiel d’amélioration pour mon propre jeu. Et peut être aussi pour mon équipe, haha ! 😁 J’ai beaucoup appris en faisant les recherches pour cet article. Il n’y a plus qu’à appliquer maintenant !

Cet article t’a plus ? Tu penses qu’il pourrait servir à ton équipe ? Alors tu peux t’acharner sur les boutons “J’aime” et “Partager”, ça m’encourage à poursuivre ! Merci d’avance ! 👍🏒


Photos, dans l’ordre d’apparition :
– Joueurs de hockey lors d’une mise en jeu – Photo de Lynda Sanchez via unsplash
– Jeunes joueurs de hockey à l’engagement – Photo par LuckyLife11 via Pixabay
– Joueurs de roller hockey lors d’une mise en jeu – Photo par F. de Bernis
– Joueurs de roller-hockey lors d’un face-off – Photo par Serge Cuvillier

– Tous les schémas ont été créés par mes soins, juste pour vous ! 😉

Tu as aimé cet article ? Clique ci-dessous ! 👍 Un grand merci pour ton soutien 😃
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.