4

Comment lacer efficacement ses patins de hockey ?

Lacer ses patins, c’est un peu comme mettre du tape sur son bâton de hockey, il y a autant de manières de le faire que de joueurs. Mon but dans cet article n’est donc pas de vous donner LA technique infaillible. Mon idée est plutôt de vous proposer celle que j’utilise depuis maintenant plusieurs années et qui, à mon sens, a largement fait ses preuves. Je l’ai affinée, saisons après saisons, et si comme moi vous resserriez vos lacets toutes les trente minutes lorsque vous avez démarré le hockey, je pense qu’en adoptant cette technique, vous devriez régler votre problème. Envie d’essayer ?

Patins de hockey sur glace dans la neige - Tim Foster

Deux types de lacets

Avant de démarrer le serrage de vos patins, j’aimerais prendre le temps de vous présenter les deux types de lacets qui existent sur le marché. Vous avez d’un côté les lacets standards, en coton, qui sont fournis avec votre paire de patins à l’achat. Si vous devez en changer (entre 4 et 5$ / € la paire), sachez que leur longueur est adaptée à la pointure de vos patins : de 72” à 130” / 1,82 à 3,05 mètres. Regardez le descriptif à l’arrière de la boîte pour connaître quelle grandeur prendre. Ces lacets ont aussi la caractéristique d’être légèrement élastiques et surtout, ils sont très souples.

Patin de hockey sur glace - Lacets non cirés

A contrario, et pour le même prix, vous avez aussi la possibilité de prendre des lacets cirés. Ils ont les mêmes caractéristiques que les standards mais sont plus rigides. On le voit bien avec la photo ci-dessous, ils tiennent en l’air tous seuls ! 😉 Mais c’est surtout en les prenant en main que vous sentirez la différence. C’est la paraffine qui est intégrée aux lacets qui donne cet aspect collant. Et c’est grâce à elle qu’ils se desserrent beaucoup plus difficilement !

Patin de roller hockey - Lacets cirés

Le revers de la médaille, c’est que vos patins seront légèrement plus difficiles à serrer au début de votre entraînement. Mais honnêtement, lorsque je suis passé aux lacets cirés, je m’y suis assez vite habitué. Et puis, avec la technique que je vous propose juste après, vous ne devriez pas avoir de soucis pour les utiliser. 🙂

Étape #1 : le pré-laçage

Avant de tirer fort dès le départ, je vous propose d’essayer cette astuce rapide qui consiste à pré-lacer vos patins. En gros, il suffit simplement de positionner à plat vos lacets entre chaque passage dans un œillet. Ceci vous permettra d’augmenter l’efficacité de votre serrage, et aussi de diminuer le lace-bite (c’est à dire les éventuels points de pression sur le cou de pied dus aux lacets). Pensez toutefois à garder deux boucles sur le bas de vos patins, afin de pouvoir les serrer dans la deuxième étape. Ces boucles doivent être suffisamment grandes pour vous permettre de passer vos doigts, mais assez petites pour garder le plus de tension possible lorsque vous passerez à la phase de serrage.

Patin de roller hockey - Lacets non serrés
Patin de roller hockey - Lacets pré-lacés

Je remercie ma compagne pour la présence de cette magnifique petite souris sur la photo.
Hein ? Vous ne pensiez quand même pas que les patins à lacets rose du dessus étaient les miens ?!

Étape #2 : le serrage

Commencez par tirer sur les deux boucles pour serrer le bas de votre patin. Ensuite, faites de même avec les deux nouvelles boucles formées, et ainsi de suite, de proche en proche, jusqu’au haut de votre patin. Au fur et à mesure que vous montez, les boucles devraient légèrement s’agrandir. Mais si la première étape a été correctement réalisée, elles devraient toujours rester suffisamment petites pour vous permettre un serrage efficace.

Patin de roller hockey - Lacets en cours de serrage 1
Patin de roller hockey - Lacets en cours de serrage 2

Certains joueurs préfèrent avoir un peu plus de mou au niveau des chevilles, pour favoriser les flexions avants lors du patinage. A vous de voir ce qui vous convient le mieux. Pour ma part, j’aime être bien maintenu. Mes patins s’étant “cassés” au fil du temps, j’ai maintenant toute l’amplitude dont j’ai besoin. 🙂
Un autre petit “truc” que je vous partage : lorsque je lace mes patins, je préfère avoir uniquement le talon au sol. Cela me permet de bien caler mon pied et ma cheville à l’arrière du patin, toujours dans l’idée d’avoir un serrage le plus efficace possible.

Patin de roller hockey - Talon au sol

Étape #3 : le nœud

En général, une sur-longueur est prévue dans la grandeur des lacets lorsque ceux-ci sont serrés. Elle permet de ne pas avoir à les sortir des œillets lorsqu’on enlève ses patins. Pour ne pas être embêté par cette sur-longueur, je fais généralement un simple croisement, puis le tour du patin avec les deux lacets.

Patin de roller hockey - Tour des lacets autour du patin

De nouveau à l’avant, je termine par un nœud classique. Et voilà !

Patin de roller hockey - Fin du serrage par un nœud classique 2

A noter qu’avec des lacets cirés, le double-nœud n’est pas utile. 😉

Patin de roller hockey - Fin du serrage par un nœud classique

Testez par vous même !

Depuis que j’utilise cette technique, je n’ai plus eu de soucis de desserrage. Et grâce aux lacets cirés et aux deux boucles formées lors du pré-laçage, je peux vraiment ajuster au mieux la tension que je veux donner à chaque croisement.
Après, ce n’est pas seulement avec des mots que je pourrai vous convaincre, c’est pourquoi je vous invite vraiment à tester par vous même. Et j’espère que cette méthode fonctionnera aussi bien pour vous que pour moi 😉
Comme d’habitude, n’hésitez pas à me poser vos questions dans la partie commentaires juste en dessous, j’y répondrai avec plaisir.
Et si vous connaissez un coéquipier qui a des difficultés à conserver le serrage de ses patins, vous pouvez bien sûr lui partager cet article !

Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  1. Bonjour, je suggère également la technique suivante :
    laçage croisé classique sauf sur le dernier œillet où le lacet passant par l’avant-dernier œillet est repassé juste au dessus ,avant de créer une boucle avec le lacet (faire de même sur l’autre ligne d’oeillets ),les deux extrémités sont ensuite croisées dans les boucles ainsi apparentes, ensuite serrage classique mais qui tiens bien mieux en place le pied sans la morsure sur le coup de pied, super pour les enfants et système visible sur toutes les chaussures de course à pieds (talons mieux calés moins d’ampoules, jetez un coup d’oeil sur vos chaussures de sports).
    En photos c’est plus parlant bien sur .
    Prochaine article sur le pliage façon US Ranger des maillots ?
    Merci Dorian

    • Yes ! C’est une technique dont j’avais entendu parlé mais je ne l’ai jamais essayée. J’en aurai certainement besoin lorsque mon petit sera en âge de chausser sa première paire ! 😉
      En attendant, je partage une petite vidéo de HockeyTutorial qui décrit bien le laçage dont tu parles : https://youtu.be/7tCOdm7ubh8
      Merci pour ton commentaire !

    • Bonjour Rachel, merci pour ta question !
      Si tu parles de ce qui est expliqué dans l’article, je te rassure, tu n’abîmeras pas tes patins de hockey sur glace avec la technique présentée. J’utilise cette technique à la fois sur mes patins de roller hockey et sur mes patins de glace depuis des années, aucun problème à signaler ! 😉
      Si tu parles de la technique proposée par Maillet (+ la vidéo dans mon commentaire de réponse), je ne pense pas qu’elle abîme tes patins. Je ne l’ai toutefois pas testée sur le long terme donc je ne peux pas te l’affirmer. Mais c’est une technique connue et assez répandue, donc il n’y a pas de raisons qu’elle vienne détériorer tes patins.
      J’espère t’avoir répondu aussi précisément que possible. N’hésite pas si tu as d’autres questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *