0

Mon défi de fou : le bilan un mois après

Il y a quelques temps, je vous annonçais le lancement de mon grand défi : améliorer mon maniement de bâton en m’entraînant chaque jour, pendant un an. L’objectif final étant d’améliorer mes statistiques de joueur, essentiellement mon nombre de buts et d’assistances par match. Afin de vérifier ma progression, j’ai intégré à ce challenge le suivi de deux éléments : ma vitesse de maniement de rondelle, que je mesure grâce à cette méthode, et mon score à l’Infinite Dangles Challenge.

Alors, où est-ce que j’en suis aujourd’hui ? Ai-je réussi à tenir le premier mois ? Si oui, est-ce que je me suis amélioré ? Je vous dit tout ça dans la suite et vous partage ce que j’ai appris !

Comment s’entraîner tous les jours ?

Ça peut sembler bête, mais faire du hockey tous les jours quand on n’est pas professionnel, ça demande une petite organisation.

Première difficulté : où s’entraîner ?

Pour que la session d’entraînement ne prenne pas trop de temps, il me fallait une zone rapidement accessible. Puisque ma famille et moi vivons dans un petit appartement, il n’était pas envisageable de faire ça chez nous. Je n’ai d’ailleurs pas de shotting pads ou de dalles de maniement, comme on peut en trouver sur les sites de Hockeyshot ou Hockeyrevolution. Exclue également la patinoire de roller-hockey située à 10 min de chez moi. Trop contraignante en terme de créneaux d’ouverture.

La meilleure solution a donc été de me reporter sur le garage. Et quelle bonne idée ! Cela ne vaut pas l’air frais d’un jardin, mais la surface d’entraînement est tellement grande que c’est vraiment agréable de manier la rondelle sur ce béton tout lisse !

Mais au cours de ce dernier mois, il m’a fallu passer par plusieurs étapes avant de trouver ce lieu (presque) idéal. A l’annonce du confinement, nous étions chez mes beaux parents, à quelques 800 km de notre appartement. J’ai donc débuté le défi chez eux ! Et j’ai tout testé : la rue, le garage, la terrasse. J’ai même fait une session sur une aire d’autoroute (vide, en cette période de confinement 😅). Je peux donc vous le confirmer aujourd’hui : la surface bétonné et lisse des garages en sous-sol est, à mon sens, la surface qui a le meilleur rapport glisse / espace de maniement / coût.

Mais à condition d’avoir le bon matériel, et c’est justement le sujet qui suit.

Quel matériel pour s’entraîner ?

Pour faire du maniement de bâton, il n’y a finalement pas besoin de grand chose. Quelques rondelles, un bâton de hockey, et si vous le souhaitez, vos gants et vos patins.

Côté bâton

J’ai dû commencer le défi avec celui de ma femme, n’ayant que celui-ci sous la main. Heureusement qu’elle ne l’utilise plus depuis la naissance de notre enfant car sa palette a été complètement rongée par le sol rugueux de la terrasse. C’était un risque que les joueurs de roller-hockey connaissent bien, mais sur le coup, je vous avoue avoir eu la flemme de remplacer le tape chaque jour pour protéger la palette. Mon amour, si tu lis ces lignes, ne m’en veut pas ! 😆

Aujourd’hui, le sol bétonné du garage où je fais mes entraînement est nettement moins agressif et c’est un vrai plaisir de manier sur cette surface avec mon propre bâton.
A noter qu’il existe de nombreuses solutions pour protéger sa palette des sols abrasifs. Si cela vous intéresse, je pourrai écrire un article sur le sujet 😉

Côté rondelle

Autant être clair tout de suite, j’ai rapidement laissé tomber les pucks de glace. Sur les surfaces rugueuses type goudron, elles sont totalement inutilisables. Et sur le béton lisse, c’est guère mieux. A moins d’avoir une surface dédiée comme des dalles de maniement, elles passent très facilement sur la tranche et s’entraîner devient un calvaire. Donc, à réserver pour la glace !

Du côté des palets de roller-hockey type “Stilmat”, c’est beaucoup mieux sur les surfaces lisses (et heureusement, sinon on serait bien embêté sur le terrain 😅). Néanmoins, le comportement est très mauvais sur les surfaces rugueuses et ils ont l’inconvénient d’être plus légers. Cela fausse le ressenti et exerce moins les muscles des bras. Cette solution est donc la bonne pour les joueurs qui ne font que du roller-hockey, mais pour ma part, je veux que mon entraînement soit aussi adapté pour la glace.

Et c’est là que j’ai retrouvé une puck un peu spéciale que j’avais achetée il y a quelques années : le green-biscuit. Cette rondelle est une merveille. Que ce soit sur du goudron ou sur des surfaces bien lisse, elle est vraiment agréable à manier. Mis à part son bruit caractéristique, je ne peux que vous la recommander si vous souhaitez vous aussi vous entraîner chez vous et que vous ne disposez pas de dalles de maniement ou de shooting pad.
Et avec sa couleur verte bien flashy, rien de mieux pour s’entraîner à garder la tête haute 😉

Enfin, en tout dernier, il reste le palet de street-hockey de type “ProPuck” que je n’ai pas testé. Mais pour être tout à fait franc, je n’aime pas vraiment ce type de palet et je ne pense pas que je le testerai.

Quelle durée d’entraînement ?

Au lancement de mon défi, j’étais parti sur des sessions de 10 minutes. Mais je me suis vite rendu compte que je ne voyais pas le temps passer. En réalité, mes entraînements durent plutôt entre 20 et 30 minutes. Mine de rien, ça fait plus de deux heures d’entraînement par semaine, uniquement pour du maniement de bâton !

Lorsque les impératifs familiaux sont là (si vous avez un ou plusieurs enfants, vous voyez de quoi je veux parler 😅), il m’arrive de faire des sessions plus courtes, autour de 5 minutes. Mais sur le mois écoulé, elles doivent se compter sur les doigts d’une main. D’ailleurs, je remercie sincèrement ma chère et tendre qui me soutient à 100%, et qui me permet de limiter le nombre de ces sessions courtes.

Donc, en résumé, l’objectif que je m’étais fixé de m’exercer au moins 10 minutes par jour est plus qu’atteint, et ma session d’entrainement est devenue une habitude dans ma journée. Ça tombe bien, c’est ce que je voulais ! 😄

Est-ce que je me suis amélioré depuis le début du défi ?

On est d’accord, sans résultat, s’entraîner tous les jours ne sert pas à grand chose. Alors voici le bilan de ce premier mois de maniement.

Du point de vue des muscles

Avant de passer aux résultats bruts sur la vitesse de maniement et l’Infinite Dangles Challenge, je voulais parler un peu des muscles des bras 💪 Parce que oui ! Ils ont chauffé à fond ! Sur les premières sessions d’entraînement, j’ai vraiment eu mal aux avant-bras. En particulier celui de la main haute. Comme je le disais dans l’article “Droitier ou gaucher au hockey, comment choisir ?“, c’est cette main qui agit le plus sur la dextérité au maniement. Et bien sûr, cela se retrouve sur la sollicitation des muscles. C’est d’ailleurs ce qu’on peut voir sur la photo ci-dessous. À la fin de l’entraînement, il y a une petite différence de volume entre mes deux avants-bras 😃.

Heureusement, plus les jours ont passé et plus ces douleurs ont diminué. Aujourd’hui, ce sont les muscles des épaules qui travaillent de plus en plus. Certainement parce que j’ai augmenté le dégagement de mes bras pour avoir plus de mobilité dans mon maniement.

A noter que j’ai découvert que les abdominaux et les muscles stabilisateurs du tronc avaient également une influence dans le maniement de bâton. Même sur du maniement simple face à soi, ils s’activent en phase avec les mouvements des bras et des épaules. Les exercices de gainage ne servent donc pas uniquement à la stabilité sur les patins, mais participent aussi au maniement de la rondelle !

La vitesse de maniement de bâton

De ce côté, en première impression, j’ai le sentiment que mes mouvements sont devenus plus fluides et plus précis. Néanmoins, je suis encore loin du résultat que je veux atteindre. En effet, j’ai encore beaucoup de ratés et il arrive souvent que ma palette se retrouve sur la rondelle, au lieu d’être sur sa droite (ou gauche).

Après avoir mesuré ma vitesse avec la méthode audio (voir la photo ci-dessous et ici), j’observe une petite amélioration. Sur deux rushs différents, le premier donne une vitesse de 3,3 touches par seconde, le second 3,2 touches/sec. Je me suis donc légèrement amélioré par rapport à mon point de départ (3 touches/sec.) mais ma vitesse reste encore instable. Il faut aussi noter que ce sont des vitesses maximales, alors que je vois plutôt mon objectif (4 touches/sec.) comme un “rythme de croisière”. 🙂 Bref, il y a encore du boulot !

Au fait, je suis toujours à la recherche d’un développeur d’application ! L’idée est de rendre cette méthode de mesure beaucoup plus accessibles aux hockeyeurs. N’hésitez pas à me contacter si vous êtes vous même développeur ou si vous connaissez quelqu’un qui aurait ces compétences ! 😉

L’Infinite Dangles Challenge

J’ai beaucoup travaillé ce mouvement de huit horizontaux au cours de ce premier mois. Comme je le disais dans mon article de lancement du défi, la distance entre les deux pucks a beaucoup d’influence sur la facilité du challenge. Dans les premiers jours de mon défi, je n’avais pas vérifié cette distance. Celle-ci était bien plus large que les 18 pouces (45,7 cm) demandés par la page officielle du challenge. Résultats : entre 12 à 13 rotations complètes en 30 secondes.

Je me suis alors rendu compte que je ne respectais pas toutes les règles du challenge. Après avoir corrigé la distance, je suis descendu à 9/10 rotations. Donc, si vous avez fait le test pour vous amuser, ou mieux, me suivre dans ce défi 😉 pensez à bien contrôler l’écart entre les deux rondelles, il a son importance !

Au 23ième jour du défi, j’ai battu mon record et j’ai atteint les 11 rotations (c’est la vidéo visible dans la page du lancement). Et c’est finalement après beaucoup d’entraînement et pas mal d’échecs que j’ai réussi à nouveau à battre mon record. Ainsi, un mois après avoir démarré le défi : 12 rotations complètes, toujours en 30 secondes ! 🤩

Quelle évolution sur mes statistiques de joueur ?

A ce jour, du fait du confinement, aucun entrainement n’a repris, et bien sûr, encore moins les matchs de compétition. Je ne peux donc pas vous faire de retour sur mes statistiques de joueurs (ratio nombre de buts et assistances par match joué). Je pense que cela va d’ailleurs durer un moment puisque tous les matchs restants de la saison ont été annulés.

Heureusement que j’avais prévu de faire mon suivi sur la prochaine saison ! 😄

Je continue !

Un mois après le début de mon défi, je vois déjà quelques améliorations. Je me sens plus à l’aise dans le maniement de la rondelle et mon entraînement quotidien est devenu une habitude. Même si l’amélioration sur ma vitesse de maniement est encore modeste, j’ai déjà bien progressé en ce qui concerne l’Infinite Dangles Challenge. Une chose est sûre, j’ai hâte de ré-embarquer sur la glace pour voir ce que ça donne en conditions réelles ! 😁

Pour finir, je tenais aussi à vous remercier pour tous les encouragements que j’ai reçus sur la page Facebook du blog, vous êtes au top ! 👍❤️
Et si vous découvrez mon challenge, dites moi ce que vous en pensez dans les commentaires ! J’ai hâte de vous lire !


Photos, dans l’ordre d’apparition :
– Calendrier – Photographe inconnu via pxfuel
– Ma zone d’entraînement, photo personnelle
– Palette rongée par les sols rugueux, photo personnelle
– Green-biscuit, photo personnelle
– Illustration du temps, par Noor Younis via Unsplash
– Mes bras en feu, photo personnelle
– Analyse de la vitesse de maniement, copie d’écran personnelle
– Début d’entraînement – Photo par Ildar Garifullin via unsplash

Tu as aimé cet article ? Clique ci-dessous ! 👍 Un grand merci pour ton soutien 😃
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.