0

Parlez-vous hockey ? (France versus Québec)

Drapeau Franco-québécois

Il y a quelque-chose qui m’a toujours amusé, c’est les différences de vocabulaire dans le hockey entre la France et le Québec. Au cours de mes études, j’ai eu la chance de passer une année à Montréal, et c’est au cours de cette année que j’ai attrapé le virus. Le hic, c’est lorsque je suis rentré en France. Je me suis rendu compte que les termes que j’employais n’étaient pas vraiment ceux de mes coéquipiers. Et je vous avoue que je me faisais parfois un peu “chambrer” pour ça. 🙂
Alors, autant être clair tout de suite, cet article n’est pas là pour dire que tel ou tel terme vaut mieux qu’un autre. Chacun utilise le vocabulaire qu’il souhaite, l’essentiel est surtout de se comprendre. Mais, dans l’idée de vous éviter quelques regards surpris si vous venez à traverser l’Atlantique, voici quelques exemples qui devraient vous être utiles.

L’aréna ou la patinoire ?

Dès le lieu de pratique, il y a déjà une différence. Au Québec, pour parler de votre terrain de jeu préféré, on parlera plutôt d’une aréna. En France, ce sera la patinoire. Ce terme est aussi utilisé au Québec mais il a une dimension plus générale, la patinoire étant le lieu où l’on peut pratiquer le patinage artistique, le patinage de loisir, la danse sur glace, et bien sûr le hockey. A noter : l’aréna désigne avant tout une patinoire au sens “établissement sportif”, c’est à dire un bâtiment avec des gradins.
Donc en résumé :
– Au Québec, utilisez le terme “aréna” si vous jouez dans un bâtiment dédié au sport, parlez de patinoire dans les autres cas.
– En France, utilisez le mot “patinoire”, quelque-soit le lieu où vous pratiquez le hockey sur glace. Mais, entre nous, il ne devrait pas vraiment y avoir d’autre lieu, puisque les lacs gelés se font plutôt rares dans l’hexagone, et il ne faut pas espérer trouver de patinoires de quartier en extérieur, il ne fait pas assez froid en hiver !

Aréna

La rondelle, le palet, le ou la puck ?

Et oui! Tous ces termes pour simplement désigner le morceau de caoutchouc qu’on se dispute sur la glace. En France, le mot couramment utilisé est “palet“. Au Québec, il est très peu employé, et on préférera dire “la rondelle“. Ce qui est amusant, c’est que dans l’Hexagone, le mot “rondelle” peut avoir une connotation sexuelle. Je vous laisse donc imaginer les commentaires de mes coéquipiers lorsque je suis revenu en France… 🙂
Pour mettre tout le monde d’accord, on peut aussi employer le mot anglophone “puck” qui est assez répandu des deux côtés de l’Atlantique. Mais là encore il y a une différence, puisque j’ai régulièrement entendu des joueurs français dire “le puck”, alors que j’avais l’habitude d’entendre dire “la puck” lorsque j’ai commencé le hockey. Un changement de genre qui est probablement dû aux mots francophones “le palet / la rondelle” mais qui n’a finalement pas vraiment de bon sens, puisque le mot anglais “puck” n’a pas de genre !

Pucks de hockey

Une game ou un match ?

L’influence nord-américaine anglophone doit y être pour quelque-chose, mais je me souviens qu’on ne parlait pas vraiment de “match“, mais plutôt de “game” lors de mon séjour à Montréal. C’est d’ailleurs assez étonnant puisque le mot “match” est aussi un mot anglophone. Nous utilisons donc tous un mot issu de l’anglais, mais pas forcément le même.
Par ailleurs, si on veut pousser un peu plus loin, en France, nous dirons “regarder un bon match de hockey à la télé”, alors qu’au Québec, on parlera plutôt “d’écouter une bonne game de hockey à la TV”. Oui, c’est étonnant, mais nos cousins d’outre-atlantique mettent plus l’accent sur l’utilisation de leurs oreilles que de leurs yeux, et préfèrent contracter le mot télévision par TV plutôt que “télé”. De mon côté, l’un ou l’autre me vont, même si je vous avoue qu’à la maison, on emploie plus souvent la version québécoise ! 😉

Game de hockey

La NHL ou la LNH ?

La NHL pour “National Hockey League” est bien sûr la compétition de hockey Nord-Américaine la plus célèbre de par le monde. Mais au Québec, on préfère parler de la LNH, c’est à dire la Ligue Nationale de Hockey. On s’en doute, les lois 22 et 101 sont passées par là, et l’utilisation de la version française est largement préférée par les médias et la population québécoise. Je parle d’ailleurs de population et non pas de joueurs, car le hockey est un vrai pan de la culture québécoise. C’est le sport national de la province et du Canada en général, mais cela va bien plus loin. En France, notre sport national est le football (ou le soccer pour nos cousins), mais une grande partie de la population française est complètement indifférente vis à vis de ce sport, et peut parfois même détester l’image qu’il reflète. Au cours de mon année au Québec, je n’ai pas rencontré une seule personne qui n’ait pas un attachement de près ou de loin avec le hockey. C’est un sport qui véhicule tellement de valeurs qu’il est profondément ancré dans la culture du pays. Bien sûr, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il est évident que tous les québécois ne sont pas fan de hockey. Mais il est certain que c’est un “vrai” sport national, et que les différentes saisons de la LNH, année après année, y sont certainement pour quelque-chose.

Logos NHL et LNH

Chandail ou maillot de hockey ?

Ah! Voilà un terme emblématique! Le chandail de hockey, c’est les couleurs de votre équipe, c’est votre numéro et votre nom brodés à l’arrière. Mais c’est aussi votre étendard pour l’équipe dont vous êtes le plus grand partisan! (Tiens, encore un autre mot, en Europe on dit plutôt un supporter 😉 )
Mais en France, un chandail, on appelle ça un maillot de hockey. Et autant vous dire que cette fois, je préfère bien mieux la terminologie de nos cousins outre-Atlantique. Le mot “maillot”, ça me renvoie cette image du vêtement qu’on mettait en cours de sport au collège (le secondaire au Québec). Vous voyez, le genre de t-shirt que vous mettez gamin, deux heures par semaine, qui est plus ou moins adapté à tous les sports (souvent moins que plus) et qui finit trempé au fond de votre sac pour le restant de la journée. En somme, une image pas vraiment reluisante.
Alors désolé, pour moi, un chandail reste un chandail, et ce n’est pas pour rien que ça peut coûter jusqu’à plus de 150$ (à peu près 100€), parce que ça a pas mal plus de classe !

Chandails de hockey

Une crosse, un bâton ou un stick de hockey ?

J’ai gardé le meilleur pour la fin. Le prolongement de votre bras, votre meilleur(e) amie, celui (ou celle) qui vous a fait marquer tous ces buts et qui vous donne tant de plaisir.
En France, c’est le mot “crosse” qui est le plus généralisé. Je ne sais d’ailleurs pas vraiment pourquoi puisqu’elle ressemble finalement peu à la crosse d’un fusil. Au Québec, on parlera plutôt de “bâton de hockey“, ou son anglicisme “stick de hockey“. Ça fait sens puisque les premiers bâtons de hockey étaient faits en bois. Par contre, le mot “crosse” n’est pas du tout utilisé. En effet, il existe un sport en Amérique du Nord qui s’appelle justement la crosse (cliquez-ici pour voir à quoi ça ressemble !). Ainsi, si vous êtes français et que vous venez en voyage au Québec, n’employez pas le mot crosse, vous éviterez ainsi les confusions.
D’ailleurs, si vous avez prévu de vous acheter un nouveau bâton lors de votre voyage, n’hésitez pas à consulter les deux articles que j’ai écrits sur Comment bien choisir son bâton de hockey – Première partie : la palette et seconde partie : le manche. J’y partage le fruit de mes recherches et un peu d’expérience personnelle 😉

Bâton de hockey

Vous en connaissez d’autres ?

N’hésitez pas à les partager dans les commentaires ! Je pourrai mettre à jour l’article grâce à votre contribution et en faire profiter tous les futurs lecteurs !
Et si vous êtes Suisses, Belges, ou même francophones d’une autre région du monde, vous pouvez aussi participer à cet article ! Surtout si vous avez des termes ou expressions bien spécifique à votre région !


Photos, dans l’ordre d’apparition :
– Drapeau franco-québécois, par Keepscases
– Aréna, par hfromnc
– Pucks de hockey, par StrategicWebDesign_Net
– Game de hockey, par Ostgotasporten
– Chandails de hockey, par PR
– Bâton de hockey, par un auteur inconnu

Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *