2

Le “petit” frère du hockey sur glace

Le hockey est un sport à multiples facettes. Entre le hockey sur gazon, le hockey sub-aquatique, le rink-hockey et le dek-hockey, il existe de multiples façons de pratiquer le hockey dans le monde. Mais s’il y a bien une discipline qui est vraiment proche du hockey sur glace, c’est le roller hockey (ou inline hockey).
Pour expliquer simplement à un néophyte, on prendra un gros raccourci : presque tout est pareil ! Même équipement, même règles, même pucks et même but du jeu, seule la glace est remplacée par du béton ou du stilmat. Mais, on est d’accord, en réalité, c’est un peu plus compliqué que ça !
Je vous propose ici un petit tour d’horizon de ce qui fait l’âme du roller hockey et en quoi il est différent du hockey sur glace.

Cage et terrain de roller-hockey

Pourquoi le roller hockey ?

Si vous avez déjà lu plusieurs articles de Technique-Hockey, vous avez certainement dû remarquer que je parle surtout de hockey sur glace. Il y a une bonne raison à cela, c’est tout simplement parce qu’au Québec et en France, il est beaucoup plus pratiqué que tous les autres types de hockey !
Mais je veux être parfaitement honnête avec vous. J’ai effectivement appris à patiner sur la glace et mes premiers échanges de rondelle étaient à Montréal. Donc mon “premier amour” restera toujours le hockey sur glace. Mais lorsqu’on vit dans le sud de la France, autant vous dire que c’est très (très !) loin d’être le sport le plus facile à pratiquer en terme de logistique. Les patinoires se comptent sur les doigts d’une main et les temps de glace ne sont pas toujours compatibles avec une vie de famille. Alors il existe une alternative très proche : le roller hockey !

Une autre surface de jeu …

C’est bien sûr ce qu’on remarque en premier. En roller-hockey, plus de glace, mais une surface en stilmat (des sortes de dalles en plastique), du béton ou bien un revêtement de gymnase. L’idée est de rendre les infrastructures moins coûteuses, tout en gardant ce qui fait le charme du hockey sur glace : les balustrades, les cages, le banc des joueurs et les prisons. À noter toutefois que de nombreuses équipes jouent encore dans des gymnases multi-sports, fautes d’infrastructures dédiées dans leur ville.

La patinoire de roller-hockey de Nice

… qui implique certaines adaptations !

Ce changement de surface va bien sûr impliquer plusieurs différences. Bien évidemment les patins, puisqu’on remplace la lame par une platine et des roues. Et par voie de conséquence, les techniques de patinage en sont elles aussi légèrement modifiées. En particulier le freinage qui ne s’exécute pas de la même manière. (Je rédigerai un article là-dessus !)
Les pucks sont aussi légèrement différentes. Même diamètre mais plus fines de quelques millimètres, elles sont surtout plus légères (environ 2/3 du poids d’une puck de glace) afin de favoriser leur glisse. Toujours dans ce même objectif, elles comportent également de petits plots pour diminuer la surface de contact avec le sol.

Joueur de roller-hockey - Patins et palet

Un défi : gérer la surchauffe !

Côté équipement, le matériel s’est adapté pour éviter les coups de chaleur. En effet, l’effort physique en roller hockey est tout aussi intense qu’en hockey sur glace. Mais la température de la patinoire est bien supérieure ! Les bas ont donc été remplacés par des pantalons aérés et la culotte par une gaine plus légère. Les épaulières disparaissent également, même si elles sont parfois substituées par un t-shirt de protection.
Au global, le gabarit du joueur de hockey paraît moins massif, avec un équipement plus proche du corps.

Joueur de roller-hockey après un lancer du poignet

Des différences de jeu

Le roller-hockey est le petit frère du hockey sur glace, pas son jumeau. En effet, la discipline a su trouver son originalité en changeant légèrement les règles du jeu. La plus visible est bien sûr le nombre de joueur de champs : 4 au lieu de 5. Ainsi, le centre disparaît, ce qui donne un jeu un peu plus ouvert, mais avec peut être un peu moins de possibilités dans les tactiques d’équipe. A noter que pour les ailiers, on parle plutôt “d’avants”, et que pour les défenseurs, on parle “d’arrières”.
Seconde différence notable : les mises en échec sont interdites au roller hockey. Cela se ressent d’ailleurs au niveau de l’équipement. En tant que joueur, vous devez donc toujours jouer la rondelle. Cela plaira à certains, moins à d’autres, le jeu n’en reste pas moins un sport à contacts.
Une dernière pour finir, pas de lignes bleues en roller hockey ! Il n’y a donc pas de hors-jeu, ni de dégagement interdit. Les tactiques d’attaque et de défense sont donc parfois différentes, mais surtout elles peuvent utiliser l’intégralité du terrain !

Deux joueurs de roller-hockey

Mais à part ça …

Tout est pareil !
Ou presque… Oui, la liste des différences peut être grandement allongée si on s’attarde sur les détails : nombre d’arbitres, dimension des cages, taille du terrain, etc… Mais globalement, l’esprit du jeu reste le même : rentrer la rondelle dans la cage adverse.
Et c’est d’ailleurs pourquoi tant de joueurs pratiquent les deux disciplines ! Le passage de l’une à l’autre se fait sans trop de difficultés (attention aux freinages tout de même 😉 ) et une grande partie du matériel est transposable.
Et vous ? À quoi vous jouez ? Hockey sur glace, roller hockey, les deux ? Dîtes-le moi dans les commentaires !


Photos, dans l’ordre d’apparition :
– Terrain de roller-hockey, par O. Luzzi
– Patinoire de roller-hockey de Nice
– Joueur de roller-hockey : patins et palet, par O. Luzzi
– Joueur de roller-hockey après un lancer du poignet, photographe inconnu
– Joueurs de roller-hockey jouant la rondelle, par Serge C.

Tu as aimé cet article ? Clique ci-dessous ! 👍 Un grand merci pour ton soutien 😃
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  1. Bonjour
    Merci de vitres article
    Pour ma part je pratique les 2 et mon fils de 5 ans aussi soit 6 entraînements par semaines pour lui a 5 ans .il a débuté en roller car beaucoup plus stable a 2 ans .
    Il évolue donc logiquement beaucoup plus vite que les autres .
    Moi suis entraineurs sur les 2 surfaces et c est pour moi une superbe opportunité pour faire évoluer les enfants vers le haut niveau .
    Gaby dogs de cholet et orcs de cholet

    • Bonjour Gaby, merci pour votre message !
      Je pratique moi aussi les deux, et je trouve que les deux disciplines se complètent vraiment bien 🙂
      C’est super que votre fils ait pu débuter à deux ans. Le mien fêtera son deuxième anniversaire dans quelques mois et j’aimerais lui faire découvrir le patinage et le hockey dès que possible. Avez vous un modèle de patins à me conseiller pour son âge ?
      Merci d’avance pour votre réponse ! 👍
      A très vite !
      Dorian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.