0

5 nouvelles choses à faire pour devenir un meilleur joueur, toujours sans entraînement !

Dans un précédent article, je vous proposais cinq méthodes pour devenir un joueur plus efficace sur la glace. Et bien, après avoir poussé encore un peu plus loin la réflexion, en voici cinq nouvelles !
Toujours sans entraînement, elles demandent simplement d’utiliser sa tête et de changer ses habitudes.
Vous êtes sceptiques ? Lisez cet article jusqu’au bout, je suis sûr que vous trouverez au moins une méthode qui améliorera votre jeu. Mais n’oubliez pas, il ne suffit pas de lire, il faut aussi appliquer. Alors notez au moins une technique dans un coin de votre tête et mettez-la en pratique au cours d’un entraînement. Voyez alors si ça fait une différence pour vous ! 😉

#1 – Parler à ses coéquipiers

Ça paraît évident, et ça l’est, la communication avec les autres joueurs est primordiale au hockey. Pire ! Puisque c’est le sport d’équipe le plus rapide au monde, la moindre erreur de coordination peut réduire à néant une action pourtant bien lancée.
Mais combien de joueurs voyez-vous vraiment donner des informations claires en jeu ? Ah ! Si ! Taper la palette sur la glace pour appeler une passe, ça il y en a ! Mais est-ce vraiment efficace ?
Il existe pourtant des moyens de communication très simples. Dans les sorties de zone par exemple : un “over, over !” donne immédiatement une information claire au défenseur récupérant la rondelle. Il sait qu’il doit rapidement faire la passe à l’autre défenseur (via l’arrière de la cage), car l’équipe adverse fait pression. Les ailiers et le centre peuvent eux aussi se placer en conséquence.
Ainsi, avec seulement deux mots prononcés, toute l’équipe sait ce qu’elle a à faire. Ces systèmes de jeu simples permettent de vraiment améliorer votre efficacité sur la glace. Apprenez-les, parlez-en à votre équipe, ça pourrait grandement améliorer votre coordination.

#2 – Garder la tête haute

Ah… s’il y a bien quelque chose de difficile lorsqu’on débute le hockey, c’est de garder la tête haute. Le maniement de bâton est encore incertain et on n’arrive pas à percevoir la position de la puck sur la palette. Bref, on a beau savoir qu’il faut regarder là où on va, on est complètement absorbé par la rondelle.
Le problème, c’est qu’après quelques années de pratique, cette vieille habitude est encore bien ancrée ! Et moi le premier, en situation de pression, je ne pense qu’à une seule chose : ne pas me faire piquer le palet. Pourtant, il y a quelques moyens simples pour lever un peu plus la tête.
Avant de recevoir une passe, pensez toujours à analyser où sont vos coéquipiers. Parfois, une “one-touch” (c’est à dire une passe refaite immédiatement après l’avoir reçu, sans manier la rondelle) permet de relancer rapidement le jeu. Même chose avant de récupérer une puck collée contre la rambarde, jeter un œil derrière soi permet de savoir immédiatement si la pression est forte, et surtout, où faire la passe si vous êtes bloqués. Et pour finir, bien sûr, avant de transférer la rondelle à un coéquipier, assurez-vous qu’il est prêt à la recevoir. Dans tous les cas, se faire prendre le palet est toujours préférable à une mauvaise passe.

Un joueur de hockey levant la tête

#3 – Garder sa palette en contact avec la glace

S’il y a bien une habitude facile à prendre, c’est celle-ci ! Garder sa palette en contact permanent avec la glace permet deux choses :
1. De toujours indiquer à vos coéquipiers où ils doivent vous faire la passe.
2. De gagner un temps précieux lors de la réception. En effet, votre palette est immédiatement disponible pour réceptionner une passe et dribbler.
Pourtant, c’est une erreur assez commune de garder son bâton en l’air. Je pense que c’est un peu par paresse puisque plier les genoux pour garder la position de base demande plus d’énergie. Alors bien sûr, si vous êtes complètement en dehors du jeu, il n’est peut être pas forcement gênant de se redresser pour récupérer un peu. Mais est-ce normal d’être dans cette situation ? Si vous ressentez le besoin de vous redressez par manque d’énergie, c’est probablement que vous êtes restés trop longtemps sur la glace, et que vous auriez dû sortir avant !

Deux joueurs de hockey n'ayant pas leur crosse au sol

#4 – Remettre en question votre équipement

C’est bête, mais il suffit parfois de prendre un bâton moins rigide ou une palette mieux adaptée à votre style de jeu pour en tirer d’importants bénéfices. Vous avez l’impression que votre bâton est une barre de fer ou que vous tirez toujours au dessus de la cage ? Jetez un œil aux deux articles que j’ai rédigés sur Comment choisir son bâton : la palette ou le manche, ils vous aideront à bien définir ce dont vous avez besoin.
Mais au delà de ça, pensez toujours à tester différents types de matériels et différentes marques. Dans les gants par exemple, il existe plusieurs constructions : à boudins ou à morceaux de mousse profilés. Les premiers raviront ceux qui aiment avoir des gants lâches, les autres pour ceux qui apprécient avoir des gants bien ajustés.
Si vous êtes habitués à jouer avec une grille, avez-vous déjà essayé les visières intégrales ? Elles vous apporteront beaucoup de confort en vision de jeu. Par contre, si vous n’aimez pas l’effet “scaphandre”, pensez aussi à tester les visières combinées (c’est à dire grille + visière), elles sont d’excellents compromis !
En conclusion, remettez toujours en question votre matériel. On est d’accord, ce n’est pas parce que vous allez acheter le haut de gamme de chez Warrior ou CCM que vous deviendrez forcément d’excellents joueurs. Mais quand même, un équipement adapté à vos besoins et votre style de jeu vous procurera plus de plaisir, et vous jouerez mieux 😉

Différentes paires de gants de hockey
Différentes protections faciales de hockey

#5 – Lire les règles du jeu

Ça a beau être une évidence, si vous faites le tour de votre équipe, vous trouverez toujours un ou deux joueurs (voire plus !) qui n’ont jamais lu les règles du jeu. Alors je suis d’accord avec vous, c’est ennuyant. C’est du texte, il faut lire, ce n’est pas vraiment agréable. Mais pourtant, c’est la base. Et même si les règles évoluent régulièrement, c’est votre devoir en tant que joueurs de les connaître.
Sachez toutefois que même si ce n’est pas très excitant de lire le règlement, cela peut vous donner un certain avantage. Pour vous en convaincre, laissez-moi vous raconter une courte histoire que j’ai apprise dernièrement lors d’une formation d’arbitrage.
Au cours d’un échauffement d’avant-match, le coach de l’équipe A a remarqué qu’un joueur de l’équipe B portait une chaîne autour du cou. Les arbitres ne l’ont pas vu et le match a démarré. La game était très serrée et 3 minutes avant la fin de la rencontre, il y avait égalité. Au cours d’un arrêt de jeu, un temps mort a été demandé par l’équipe A. Le coach demanda alors à voir l’arbitre principal et réclama une vérification sur le joueur qu’il avait repéré en début de match. Portant toujours sa chaîne, 2 minutes de pénalité ont alors été infligées au joueur incriminé. L’équipe A termina alors le match en supériorité numérique. Et je vous laisse imaginer la suite. Bien évidement, elle en profita pour marquer un but et remporta la rencontre.
Donc, ne vous faites pas avoir par ce genre d’erreur, et lisez les règles du jeu. Ça vous servira forcément à un moment ou un autre 😉

Règles du jeu - Hockey sur glace - IIHF - 2018 à 2022

Qu’avez-vous envie d’appliquer ?

Ok, on est d’accord, toutes ces techniques dîtes “sans entraînement” ne sont finalement pas forcément si faciles que ça à appliquer. Il faut les avoir en tête lorsqu’on joue, avoir de l’argent pour changer de matériel et se coltiner les cent cinquante pages du règlement IIHF. Mais ce que je vous propose, c’est plutôt d’en choisir une et de la tester à votre prochain entraînement. Dîtes-moi dans les commentaires laquelle vous avez choisie et faites-moi votre retour d’expérience. Avez-vous vu une différence ?
Pour ma part, ce sera la quatrième puisque j’ai récemment acheté un nouveau bâton, avec un flex beaucoup plus faible et une palette différente. Je vous dirai ce que j’en pense dans un prochaine article !


Photos, dans l’ordre d’apparition :
– Joueur de roller-hockey gardant la tête haute, par F. de Bernis

Deux joueurs de roller-hockey n’ayant pas leur crosse au sol, par O. Luzzi
– Différents types de gants de hockey et de protections faciales
– Page de garde des règles officielles de l’International Ice Hockey Federation

Partagez ça !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *